dayCARE: Les échos des dernières années

"Le dayCARE vit d’une construction unique : l’engagement des entreprises vis-à-vis des jeunes au Luxembourg qui à travers ces stages contribuent aussi à des projets de solidarité dans le monde. C’est un excellent exemple de responsabilité sociale des entreprises. Je souhaite à tous les participants une belle réussite !" Nicolas Schmit (Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Economie sociale et solidaire)

"Dans un contexte où le chômage des jeunes et l’orientation professionnelle jouent un rôle primordiale dans la politique du Gouvernement luxembourgeois il est évident pour le Ministère de soutenir une campagne comme le dayCARE – d’autant plus comme elle sensibilise les jeunes pour la valeur d’un engagement social. (…) Chaque contact des élèves avec le monde de l’entreprise est important pour leur avenir. Lors de cette journée, ils peuvent découvrir un métier qui leur plaît et les motive pour la suite de leurs études. Le projet humanitaire de cette initiative est également important pour responsabiliser les jeunes." Marc Hansen (Sécretaire d’État à l’Education nationale, à l’Enfance et à la Jeunesse au Quotidien, Jeudi 23 octobre 2014)

 "Pour nous, participer à cette initiative c’est de joindre l’utile à l’utile." Raymond Faymonville (Directeur des RH chez Cactus au Quotidien, Jeudi 23 octobre 2014)

 "Lancé en 2010, le dayCARE a battu des records cette année. Hier, plus de 50 entreprises et 200 jeunes ont participé à l’initiative, dont le but est de permettre aux lycéens d’avoir une expérience dans le monde professionnel. Et pour une bonne cause." Le Quotidien (Jeudi 23 octobre 2014)

"A day that saves lives!" Clifford Chance ( Luxemburger Wort, Samedi 15 novembre 2014)

 "Avec le dayCARE nous avons participé à la fois à un projet local avec des élèves réalisant leurs études au Luxembourg et à une action globale pour permettre aux jeunes défavorisés en Afrique de prendre leur avenir en main."  COMPASS Group 

"These five students make it happen."  KNEIP (Land, Vendredi 14 novembre 2014) 

"C'était énorme. J'ai appris tellement de choses et cela a renforcé mon désir de faire de l'économie plus tard." Pitt (élève chez BBH)

 "J’envisage de devenir ingénieur plus tard et j’aimerais en savoir un peu plus à propos de ce métier. J’aimerais pouvoir observer de plus près ce qu’un ingénieur fait au quotidien." Laura (élève chez Luxplan)

"Je voudrais bien participer au projet dayCARE comme ceci me donnerait la possibilité de recevoir un premier aperçu dans le monde du travail. (…) De plus, avec ce projet on soutient les mères et les sages femmes au Niger. Donc on fait une expérience importante qui peut sauver des vies."  Anne-Sophie  (élève chez Orthodontie Becker)

 "J’aimerais découvrir les métiers que je pourrais faire après mon diplôme et si je peux le faire en aidant les autres, c’est avec plaisir que je participe au dayCARE, car c’est une découverte pour moi et cela peut aider des gens dans le monde." Claire (élève chez LeasePlan)

"Vu mon intérêt dans les œuvres sociales, je voudrais supporter le projet de l’éducation des sages-femmes au Niger. Le revenu touché lors de cette journée de stage soutiendra l’organisation CARE dans cette démarche. En outre, cette expérience me procurera un aperçu primaire dans le monde du travail et dans la gestion des ressources humaines en particulier." Christine (élève chez Banque Raiffeisen

 "C'était un plaisir de les accueillir." Carole Maury-Prigent (RH chez AXA) 

 "Les élèves n'ont pas d'occasion de recevoir une formation professionnelle à l'école et le dayCARE est une bonne opportunité pour leur montrer un métier et en général le monde du travail." Jos Binck (Menuiserie Binck) :

  "Nous étions impressionnés par la maturité des élèves et par leur interaction." Mme Virginie Boyard (Brown Brothers Harriman)

 "Pour Maison Moderne, le dayCARE, c’est faire d’une pierre trois coups: un acte de solidarité envers les jeunes kenyans, un coup e pouce aux élèves luxembourgeois, et pourquoi pas, une réserve de recrutement de demain pour l’entreprise." Thierry van Ingelgom (Maison Moderne).

"L'orientation professionnelle, le recrutement et l'engagement social en une journée : c'est l'originalité derrière ce projet qui est en train de s'établir en tant qu'évènement incontournable." Nicolas Schmit, (Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Immigration et parrain du dayCARE).

 

"Grâce à cette initiative, nos adolescents bénéficient ainsi d'une expérience concrète qui va les aider à choisir leur projet de formation scolaire et professionnel. Lors de cette journée, ils peuvent prendre conscience de leurs capacités et de leurs intérêts, vérifier s'ils possèdent en effet le goût et l'habileté nécessaires à la profession ou au métier visé." Mady Delvaux-Stehres, (Ministre de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle et en 2012 marraine du dayCARE.)

 "Nein, dayCARE ist keine Tagesstätte. DayCARE ist ein Projekt mit Zukunft, und das gleich in doppelter Hinsicht. Das Projekt der international tätigen Hilfsorganisation CARE unterstützt nämlich junge Menschen beim Zurechtfinden auf dem Arbeitsmarkt. Und das sowohl hier in Luxemburg, als auch im größten Flüchtlingslager der Welt in Kenia..." Luxemburger Wort, 27.10.2012

 "Conscient de l’envergure du dayCARE, je tiens à exprimer mes remerciements à toutes les entreprises qui soutiennent cette initiative depuis 2010 ainsi qu’aux partenaires particulièrement dévoués à ce projet."Claude Meisch (Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse)

 "C'est surtout l'audit des grandes entreprises qui m'intéresse. Je me peux m'imaginer de travailler dans une entreprise comme KPMG dans l'avenir." Joel, stagiaire chez KPMG.

 "DayCARE, le triple bon plan. L'association Care a eu une idée de génie: associer la découverte du monde de l'entreprise par des étudiants à une action humanitaire au Kenya. Hier, 120 étudiants ont pu profiter, grâce au DayCare, d'une journée de découverte au sein d'une entreprise de leur choix. En contrepartie, l'entreprise offre un don qui permettra de développer un programme de formation dans le camp de réfugiés kényan de Dadaab. Une action logiquement soutenue par le ministère de l'Éducation et celui du Travail." Le Quotidien, 27.10.2011

"Le marché du travail au Luxembourg cherche à recruter des jeunes diplômés qualifiés et polyglottes. Parallèlement, les sociétés sont de plus en plus sensibles aux problématiques de responsabilité sociale, de la même manière que les écoles luxembourgeoises. Ressources humaines et responsabilité sociale des entreprises sont deux questions intimement liées: une bonne pratique sociale peut permettre d'attirer de bons candidats. DayCARE est un projet qui vise les étudiants et entreprises, pour construire une proposition commune, dans un but de développement économique, dans le cadre d'une action humanitaire en Afrique. ...Enfin, les entreprises peuvent démontrer concrètement, en interne et vers l'extérieur, leur responsabilité sociale." paperJam, Edition magazine, Décembre 2010

"Après l'école je veux étudier ingénierie...le stage dans le Satellite Operation Service me permetta de découvrir ce qu'on pourrait faire avec une telle formation." Nathan, stagiaire chez SES.

"Das Projekt 'DayCARE' ist auf Jugendliche ausgelegt, wie Arbeitsminister Nicolas Schmit erklärte. Es soll dazu beitragen, sie mit Unternehmen vertraut zu machen uns so eventuell dazu führen, dass die Jugendlichen einen Beruf entdecken, der Ihnen am Meisten zusagt. Den Schülern soll gezeigt werden, welche Berufe es in der Privatwirtschaft in Luxemburg gibt." Luxemburger Wort, 27.10.2011

 "Die von 'Care in Luxemburg' Direktor Frédéric Haupert entwickelte Aktion ist beispielhaft für die erfolgreiche Verbindung von Berufsorientierung, unternehmerischer Verantwortung und Wohltätigkeit: unter dem Motto 'Ein Tag für unsere Zukunft' erhalten Schüler Einblick in die Berufswelt und verschiedene Berufsbilder, Unternehmen erhalten die Möglichkeit, sich dem potenziellen Nachwuchs zu präsentieren und belohnen den Einsatz und die Arbeit mit einer Spende an die internationale Hilfsorganisation CARE, die wiederum diese Finanzmittel der Ausbildung von Jugendlichen im Flüchtlingslager Dadaab in Kenia zugute kommen lassen." Journal, 27.10.2011

 "Je connaissais KPMG déjà avant le stage et aujourd'hui les services des taxes m'a beaucoup intéressé. C'est ça que je veux faire plus tard." Nicolas, stagiaire chez KPMG.

 "Le concept est aussi surprenant qu'il est simple et efficace : pendant une journée, les jeunes peuvent aller à la découverte des entreprises du pays." Le Quotidien, 26.10.2012

"Moi je veux faire des études dans le marketing pour après revenir au Luxembourg. J'ai donc choisi le stage dans le marketing de SES pour voir si cela m'intéresse vraiment. Travailler dans le marketing n'est pas partout pareil. Mais ici, chez SES c'est très intéressant."  Winka, stagiaire chez SES.